Le rapt – Roger Frison-Roche – Le livre de poche –

2,50

Bon état général

retrait gratuit chez le vendeur à Gradignan

ou bien expédition à tarif forfaitaire

1 en stock

Catégorie :

Description

Roger Frison-Roche est issu d’une famille savoyarde originaire de Beaufort-sur-Doron qui s’est installée à Paris pour tenir une brasserie, la famille des Frison-Roche possédant plusieurs bistrots et brasseries dans la capitale depuis la fin du xixe siècle. Entre 1916 et 1920, il étudie au lycée Chaptal à Paris, puis quitte l’école en troisième et travaille comme coursier dans l’agence de voyage Thomas Cook dès l’âge de quatorze ans2. Durant la guerre, il effectue plusieurs séjours à Beaufort qui éveillent en lui l’amour de la montagne. En 1924, il est le secrétaire des premiers Jeux olympiques d’hiver à Chamonix. Il commence également à écrire dans le journal Le Savoyard de Paris. Entre 1926 et 1927, il effectue son service militaire à Grenoble.

Entre 1927 et 1930, il est directeur du Syndicat d’initiatives et du Comité des Sports d’hiver de Chamonix. En 1931, il devient secrétaire de l’Aéro-club de Chamonix-Mont-Blanc. En 1932, il est reporter pour la première émission radiophonique depuis le sommet du mont Blanc. Entre 1938 et 1941, il est journaliste à La Dépêche à Alger où il s’installe avec sa famille en 1938.

En 1940, après l’armistice, il retourne à Alger. En 1942, il est correspondant de guerre aux côtés des Alliés sur le front de Tunisie et est fait prisonnier par les Allemands à Pichon (Kairouan). En 1943, il est prisonnier à Naples où il passe un mois dans une cellule de condamné à mort puis est transféré par la Gestapo à la prison de Fresnes, puis à Vichy, d’où grâce à une connaissance influente il obtient des papiers pour retourner à Chamonix alors occupée par les Italiens. En 1943, les troupes allemandes arrivent dans Chamonix, Frison entre dans la clandestinité dans le Beaufortain. En 1944, il est officier de liaison auprès des FFI puis à l’état-major de la 5e demi-brigade de Chasseurs alpins. Ce passage de sa vie lui inspirera notamment Les Montagnards de la nuit (1968). Il retourne en Algérie à la fin de la guerre.

En 1955, il s’installe à Nice où il effectue des reportages pour Nice-Matin. En 1960, il s’installe à Chamonix où il construit un chalet qu’il baptise Derborence. Roger Frison-Roche meurt le à Chamonix où il est enterré.

Informations complémentaires

Poids 125 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le rapt – Roger Frison-Roche – Le livre de poche –”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *